• hush…hush

    Avec « Hush… Hush », je fais appel à un paparazzi professionnel qui revêt les tenues utilisées lors de ses planques afin de mettre en évidence l’un des aspects de ce métier : le travestissement. Cette série est exposée au Centre Pompidou Metz à l'occasion de l'exposition collective, Paparazzi ! Photographes, stars et artistes, du 28 février au 30 juin 2014. Voir + Elle sera également visible à la Schirn Kunsthalle de Frankfurt, de juin à octobre 2014.

    Expositions :

    Paparazzi ! Photographes, stars et artistes,
    Centre Pompidou-Metz, du 26 février - 9 juin 2014, Metz, France
    Schirn Kunsthalle Frankfurt, du 27 juin - 12 octobre 2014, Allemagne

    Publications :

    Catalogue d'exposition Paparazzi! Flammarion, 2014
    Magazine Néon, La belle planque, mars 2014
  • kate moss à Paris en 2015

    Expositions :

    Under cover, Galerie Golan Rouzkhosh, Paris, France. Nov. 2014
    
    Autres célébrités
  • devils in disguise

    Hulkluk, Diablozaure, Rangermysterio.... Ces sympathiques monstres sont-ils de simples enfants jouant dans les bois ? D'innocents néologismes ? Avec cette série, Christophe Beauregard tente de montrer comment les imaginaires de nos rejetons sont formatés par l’industrie des biens culturels. Portrait d’une jeunesse plurielle.

    Expositions :

    2010 Devils in disguise, TPTP Art Space, Paris

    Tirage Inkjet Baryta 315g contrecollé sur aluminium, caisse américaine bois teinté
    Edition à 4 exemplaires, numéroté de 1/4 à 4/4. Dimensions sans cadre : 120 x 120 cm
    Edition à 6 exemplaires, numéroté de 1/6 à 6/6. Dimensions sans cadre : 90 x 90 cm 
  • semantic tramps

    "Le reportage que [Christophe Beauregard] a consacré aux SDF est tellement vrai qu’il est faux. Ces hommes et ces femmes sont des acteurs, les stigmates de la dèche sont du maquillage, et leurs habits salis, des costumes."
    Gérard Lefort, extrait de Misère en scène, Libération du 21 août 2007. (lire sur liberation.fr)

    Expositions :

     
    2008 L'été photographique, Centre photographique de Lectoure,
         Semantic tramps, Galerie Madé Paris, décembre 2008

    Catalogues :

    2008 Semantic tramps, 13 photographies, texte inédit d’Arlette Farge, 40 pp, Editions FILIGRANES

    Critiques et commentaires :

    2009 Dominique Baqué, L'effroi du présent : Figurer la violence, Flammarion 09-2009
     Semantic Tramps, Les Inrockuptibles n°684, page 33
    2007 Gérard Lefort, Misère en scène, Libération du 21 août 2007, Grand angle, pp. 26-27
    
    
    Tirage argentique couleur contrecollé sur aluminium, encadrement châssis rentrant et plexiglass
    Edition à 3 exemplaires, numéroté de 1/3 à 3/3
    Dimensions avec cadre : 90 x 90 cm
    Edition à 4 exemplaires, numéroté de 1/4 à 4/4
    Dimensions avec cadre : 50 x 50 cm

     

  • le meilleur des mondes ?

    Ces hommes et ces femmes sont membres (salariés, bénévoles) de Basiliade ou bien suivis par l'association Basiliade, qui a pour vocation d’accueillir et d’accompagner les personnes atteintes du VIH/sida et notamment les plus démunies face à la maladie. Pour ce projet qui interroge la stigmatisation de l’autre par le regard et l’image, Christophe Beauregard a imaginé un dispositif proche de celui utilisé dans la publicité (prises de vues moyen format, stylisme identique pour les hommes et pour les femmes, maquillage, flashs électroniques, fond de couleur) ; il joue ainsi le photographe d’entreprise appelé pour réaliser une campagne de portraits, un trombinoscope d’un genre particulier. Devant l'objectif de Christophe Beauregard, ces personnes deviennent ainsi des «employés du mois» exprimant en creux le malaise sociétal que nous traversons : la suspicion à l'égard des autres et le monde de l'entreprise comme mode de réalisation mortifère de soi. En deux mots : le portrait d'une société en souffrance.

    Expositions :

    2012-13 Par Nature, CENTQUATRE-Paris
    2012 La nuit de l’année, RIP Arles

    Critiques et commentaires :

    Le Meilleur des Mondes ?, Libération Le Mag, du 14 janvier 2012.

     

  • technomades

    Des gestes et des postures physiques dues à l'utilisation de nouveaux moyens de technologie nomades font   dorénavant parties de notre expérience quotidienne. Largement diffusés et utilisés par la publicité, ces attitudes et objets high-tech représentés piègent notre imaginaire, jusqu’à créer de nouveaux codes, de nouveaux signes. Dans chaque ville citée, je fais poser des utilisateurs anonymes délestés de l’appareillage technologique trop   voyant.

    Expositions :

    2010   Technomades, Alcatel-Lucent Foundation, Naperville, Ilinois, USA
    2009   Technomades, Alcatel-Lucent Foundation, Plano, Texas, USA
           Technomades, Atrium Alcatel-Lucent, Paris
           Technomades, FFPE, Québec
           Transformation du paysage, La Nuit Blanche, Montréal.
    2008   EUROPE échelle 27, la Cité des Arts, Paris

    Catalogue :

    2008   Europe Echelle 27 aux Editions Trans Photographic Press/Signatures

    Press :

    Technomades, Bruxelles, Variable 82, Mouvement Art Public
  • it’s getting dark

    Invités le temps d’une séance de pose à mon atelier, je demande à ces hommes et ces femmes de se voiler la face avec un vêtement ou une étoffe de leur choix, dans un geste d’aveuglement.

    Série initiée lors d’une résidence artistique au Centquatre-Paris en 2013.

    Expositions :

    It's Getting Dark Centre Pompidou-Metz, du 8 mai au 31 juillet 2014
    
    Nuit Blanche 2016, Paris, Fr
     

    Tirage argentique couleur contrecollé sur aluminium, encadrement bois blanc caisse américaine

    Edition à 6 exemplaires, numéroté de 1/6 à 6/6
    Dimensions sans cadre : 90 x 90 cm / Dimensions avec cadre : 92 x 92 cm

     

  • pentimento

    Alors que les tatouages et le body art sont à la mode dans nos sociétés contemporaines, je m’intéresse à un phénomène plus discret : le dé-tatouage. Une tentative de révéler ce qui est en train de disparaître.

    Expositions :

    2011 Trompe le monde, solo show Galerie Briobox, Paris

    Publication :

    2012 Repentirs, Néon
  • bricoler dans un mouchoir de poche

    Ces photographies présentées à la galerie éphémère du CENTQUATRE-PARIS ont été réalisées durant ma résidence à l’école Pierre Budin, entre novembre 2015 et avril 2016.

    La photographie scolaire correspond à une tradition ancienne dans les écoles publiques françaises. La série des portraits d’enfants imite ce rite. Derrière ces prises de vues au moyen-format, aucune intention psychologique, mais une façon objective et neutre de photographier les visages devant des fonds colorés. Les enfants posent en habit de tous les jours, affichant des visages volontairement inexpressifs, suggérant les « Porträts » de Thomas Ruff. 

    Face aux portraits, la série des masques. A ma demande, les élèves ont imaginé, modelé et peint leurs masques de monstres avec l’aide de leur institutrice et de leur professeur d'arts visuels. Véritables prothèses colorées, ces productions artistiques scolaires sont photographiées frontalement sur fond neutre.

    L’intégralité de ce travail photographique sera montrée lors d’une exposition à l’école Pierre Budin (18 arr.), vernissage le 10 juin prochain. 

    Exposition

    Bricoler dans un mouchoir de poche
    
    
    Du 18 mai au 07 août 2016, Galerie éphémère du CENTQUATRE-PARIS
    
    Du 10 juin au 4 Juillet, école Pierre Budin (18ème arr.)

     

  • the beholders

    En France et à l'étranger photographier les reflets d'oeuvres choisies de l’histoire de l’art dans les rétines des spectateurs.

    Editions :

    2015 The beholders, Sam FRANCIS, In lovely blueness (n° 1), in Anastasia's eye, carte postale éditée par les Editions du Centre Pompidou, 800 ex., 10 x 15 cm. 
  • chahut

    Durant l’été 2013 je découvre la Revue de Bergerac en écoutant l’émission Sur la route de France Culture. Tous les trois ans au Cercle Musical de Bergerac, une troupe de bénévoles et d’amateurs de tout âge crée et invente des costumes, des textes, des décors pour une revue de Music-hall tout en lumières, strass et paillettes. La journée ces bénévoles sont étudiants, actifs, en recherche d’emploi ou retraités, le soir ils se métamorphosent en chanteurs, danseurs ou comédiens amateurs.

    Intrigué par sa résistance aux codes de la production de biens culturels, je décide de contacter le Cercle Musical, qui m'ouvre ses portes. Sous la forme d’un reportage je fais poser ces hommes et ces femmes dans un cadre intime ou professionnel. Au portrait d’un acteur de la Revue, je juxtapose un détail d’un décor, d’un costume ou une ambiance de la Revue, livrant ainsi au spectateur des indices sur les personnages inventés pour le spectacle.

    Voici Chahut , ma vision de cet univers mêlant naturel et trompe l’oeil. Ces photographies ont été prises à Bergerac entre janvier 2013 et mai 2015.

    Expositions :
    2015 Chahut, La Nouvelle Galerie, Centre Culturel Bergerac,France
    Catalogues :
    2015 Chahut, 44 photographies couleur, 56 pp, Coproduction Christophe Beauregard, La Nouvelle Galerie 

    Tirage argentine contrecollé sur dibond, châssis
    Edition à 9 exemplaires + 2 épreuves d'artistes. Dimensions sans cadres : 90 x 60 cm
    Edition à 60 exemplaires + 2 épreuves d'artistes. Dimensions sans cadre : 25 x 35,5 cm

     

  • rêveries (d’après L’oiseau de feu d’Igor Stravinsky)

    Voici une galerie de personnages tout droit sortis d’une version contemporaine du célèbre ballet du compositeur russe Igor Stravinsky. Ces jeux de masques et de costumes « basse def » hauts en couleur ont été imaginés à l’occasion d’une résidence artistique dans le 18ème arr. de Paris.

    Expositions :

    2016 Rêveries, Forum du Centquatre-Paris
    Tirage argentique couleur contrecollé sur aluminium, encadrement châssis rentrant et plexiglass
    Edition à 6 exemplaires, numéroté de 1/6 à 6/6
    Dimensions sans cadre : 90 x 90 cm
    Edition à 9 exemplaires, numéroté de 1/9 à 9/9
    Dimensions sans cadre : 50 x 50 cm 

     

              

  • chirurgies

    Dans une série de 16 portraits d’anonymes chirurgicalement retouchés, je néglige les cicatrices et autres clichés de "l'avant/après". Désormais en paix avec eux-mêmes, ces individus ont malgré tout commencé un subtil et lent brouillage des identités et des genres... Dans ces images tout se joue dans le cadre qui fonctionne comme un piège à regard. Je parle de chirurgie mais on ne voit rien.

    Expositions :

    2009    Chirurgies, artothèque Auxerre, France
    2008    Chirurgies, Galerie L’œil écoute, Limoges, France

    Edition :

    2007     Manuel d’esthétique, 16 photos couleurs, comprend deux textes de Vladimir Mitz et de Nicolas Thély, 64 pp, Filigranes Editions

    Publications :

    2006    La chirurgie esthétique, Le Monde 2 #114
    2005    Nouvelle peau, Libération
    2004    Nicolas Thély, Série limitée Chirurgies, preview dans l’œil
  • las vegas

    Pendant deux ans, durant les fêtes de fin d’années, j'explore l’univers féerique des quartiers résidentiels où, la nuit, des centaines de maisons s’illuminent et se mettent à scintiller. Intitulés Las Vegas, mes clichés jouent les trouble fêtes et dévoilent, non pas l’envers du décor, mais des atmosphères étranges et inquiétantes à l’œuvre dans chacun des dispositifs lumineux imaginés par les habitants de ces maisons. Désertés de toute présence humaine, ces spectacles de lumière apparaissent comme des vanités sans qualités : de la poussière d’étoile.

    Expositions :

    2009 Las Vegas, Festival Voies Off Arles, France 
         Las Vegas, Au Bon Marché Rive Gauche, Paris

    Publication :

    2009 Esse Revue 67, Portfolios Trouble-fête/Killjoy
    Tirage argentique couleur contrecollé sur aluminium, encadrement châssis rentrant et plexiglass
    Edition à 6 exemplaires, numéroté de 1/6 à 6/6
    Dimensions sans cadre : 90 x 90 cm
    Edition à 5 exemplaires, numéroté de 1/5 à 5/5
    Dimensions sans cadre : 50 x 50 cm